banner

Été 2020 (volume 30, numéro 2)

Prix du formateur d’enseignants émergent de la SCR : Dre Dharini Mahendira

Télécharger la version PDF

Vous avez été reconnue et récompensée pour votre enseignement et avez inspiré de nombreux résidents à devenir rhumatologues. Quelle a été votre première pensée lorsque vous avez appris que vous remportiez ce prix?
Vous avez été reconnue et récompensée pour votre enseignement et avez inspiré de nombreux résidents à devenir rhumatologues. Quelle a été votre première pensée lorsque vous avez appris que vous remportiez ce prix?

Je tiens à remercier la SCR d’avoir créé le Prix du formateur d’enseignants émergent et d’honorer les éducateurs qui sont en début de carrière. Il est parfois difficile de mesurer l’impact de l’enseignement médical. La reconnaissance apporte des commentaires positifs et des encouragements!

Qu’est-ce qui vous a poussée ou inspirée à vous engager dans l’enseignement médical?
J’ai eu la chance d’avoir de nombreux professeurs remarquables tout au long de ma formation. Plus particulièrement, la Dre Heather McDonald-Blumer et la Dre Louise Perlin ont joué un rôle important dans mon développement en tant qu’enseignante en médecine. Je me souviens avoir travaillé avec Heather et avoir été profondément inspirée par son approche perspicace, compétente et collaborative de l’enseignement médical, ainsi que par son leadership. Louise Perlin m’a impressionnée par son grand souci du détail et par l’importance qu’elle accorde à l’enseignement médical. Je leur suis vraiment reconnaissante pour leur soutien et leurs conseils inestimables.

Selon vous, quelles sont les qualités d’un bon pédagogue?
La qualité la plus importante d’un bon éducateur est l’enthousiasme pour l’apprentissage. À mon avis, cette passion se communique à l’apprenant et stimule l’intérêt et la discussion. Parmi les autres qualités, citons le fait d’être un communicateur efficace ainsi que la capacité de reconnaître et de prendre en compte les besoins des apprenants.

Vous travaillez sur un certain nombre de projets éducatifs passionnants, notamment des vidéos sur l’immunologie dans le cadre d’un programme national axé sur cette discipline. Vous avez également été coprésidente de la Fin de semaine nationale des résidents en rhumatologie et du cours préalable pour les résidents de la SCR. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces projets?
Je suis très heureuse de participer à ces projets. Je travaille avec une équipe talentueuse de l’Université de Toronto pour élaborer une série de vidéos graphiques illustrant les concepts de base de l’immunologie. L’objectif est de consolider les principes de base de la physiopathologie et du traitement des maladies en rhumatologie. La série de vidéos aborde des sujets tels que l’immunité innée et adaptative, les antirhumatismaux modificateurs de la maladie (ARMM), les produits biologiques et la grossesse. Notre équipe espère partager sous peu cette vidéothèque avec nos stagiaires et éducateurs en rhumatologie dans tout le pays.

Ce fut un privilège de coprésider la Fin de semaine nationale des résidents en rhumatologie et le cours préalable pour les résidents, deux initiatives éducatives précieuses soutenues par la SCR. Nos comités organisateurs se sont efforcés d’intégrer des sujets intéressants et de présenter des conférenciers talentueux. Ces deux événements, tenus en début d’année, ont connu un franc succès et continuent d’être une excellente occasion de réseautage pour nos stagiaires en rhumatologie.

Comment voyez-vous l’avenir de l’enseignement médical?
S’adapter aux défis de la prestation d’un enseignement médical de qualité à l’époque de la COVID-19 a certainement été une expérience révélatrice, car elle a mis en évidence le rôle des plateformes numériques et la meilleure façon d’optimiser leur utilisation pour l’enseignement. Toutefois, à mon avis, rien ne peut remplacer l’enseignement en personne, en particulier pour l’examen physique!

En tant qu’enseignante et formatrice respectée, que conseillez-vous aux futurs rhumatologues?
Je recommande de tout coeur aux étudiants de cumuler autant d’apprentissages pratiques que possible auprès de leurs superviseurs. L’art et les nuances de la rhumatologie s’apprennent mieux en personne. En outre, j’encourage les rhumatologues potentiels à s’intéresser à l’enseignement médical en participant aux comités d’enseignement et de formation, tant à l’échelle locale que nationale. En acceptant des occasions qui étaient en dehors de ma zone de confort, j’ai pu évoluer et ainsi être inspirée par des collègues talentueux de partout au pays.

Si vous ne meniez pas une carrière en rhumatologie, que feriez-vous?
En fait, lorsque j’ai commencé mes études en médecine, j’avais décidé de faire carrière en obstétrique, mais je suis tombée amoureuse de la médecine interne et de la rhumatologie. Cependant, diriger la clinique des maladies rhumatismales et de la grossesse à l’Hôpital St. Michael’s me permet de combiner ma passion pour la rhumatologie et la médecine materno-foetale.

Si vos journées comptaient une heure de plus, comment l’utiliseriez-vous?
Elle me permettrait d’arriver à l’heure à mon cours de cardiovélo!

Si vous ne deviez manger qu’un seul aliment jusqu’à la fin de vos jours, lequel serait-ce?
J’hésite entre le chocolat et les biscuits britanniques. D’où la nécessité de faire du cardiovélo!

La Dre Mahendira reçoit son prix des mains de la présidente de la SCR, la Dre Vandana Ahluwalia, et du Dre Raheem Kherani.

Dharini Mahendira, M.D., FRCPC, M. Sc. (santé communautaire)
Division de rhumatologie,
Hôpital St. Michael’s
Professeure adjointe,
Université de Toronto
Toronto, Ontario

Skyscraper

The access code to enter this site can be found on page 4 of the most recent issue of The Journal of the Canadian Rheumatology Association (CRAJ) or at the top of the most recent CRAJ email blast you received. You can also obtain the access code by sending an email to CRAJwebmaster@sta.ca.

Remember Me