banner

Automne 2018 (Volume 28, numéro 3)

Conférence 2018 de la Caribbean Association for Rheumatology (CAR)

par Raj Carmona, MBBS, FRCPC et Carter Thorne, M.D., FRCPC, FACP

Télécharger la version PDF

La neuvième réunion annuelle de la Caribbean Association for Rheumatology (pendant tropical de la SCR) s’est tenue en mai 2018 dans la magnifique île de Sainte-Lucie. La conférence a été l’occasion d’offrir une formation médicale continue aux professionnels de la région en plus de servir de forum visant à favoriser le réseautage et la promotion des soins et de la recherche en rhumatologie dans les Caraïbes.

Le soir de l’ouverture de la réunion, le Dr Thorne a présenté une conférence publique sur les modèles de soins, qui a reçu un accueil favorable, suivie d’une séance plénière ayant pour but de démontrer l’efficacité des soins axés sur des équipes. Quant à lui, le Dr Carmona a évalué l’innocuité des traitements biologiques et fourni une mise à jour sur l’ostéoporose, notamment sur la stratification des risques dans une région où les résultats de la densité minérale osseuse (DMO) ne sont pas accessibles. Deux autres conférenciers canadiens (les Dres Nicole Johnson et Aurore Fifi-Mah, toutes deux de Calgary) représentaient véritablement les couleurs de la SCR. Malheureusement, la neige avait déjà tout fondu (en laissant découvrir seulement de splendides plages et du sable chaud derrière).

Membres de la SCR présents à la conférence de la CAR :
Dr Carter Thorne (Newmarket, Ont.), Dre Amanda King (présidente de la CAR) et Dr Raj Carmona (Hamilton, Ont.).

Les participants, y compris le professeur caraïbéen Eon Nigel Harris (celui-là même qui a mis au point le test de détection des anticardiolipines et qui a défini le syndrome des antiphospholipides), ont eu droit à un programme de grande qualité, comprenant un atelier portant sur les échographies musculosquelettiques qui a été organisé avant la conférence par un groupe de rhumatologues écossais (maintenant devenus des habitués de la conférence de la CAR). Le principal volet du programme portait sur des sujets scientifiques, des mises à jour sur plusieurs maladies, des présentations de recherche clinique par des rhumatologues régionaux et des conférences visant à développer la recherche et les bases de données cliniques au sein des Caraïbes. Le deuxième volet visait à informer les praticiens de soins primaires à propos d’un certain nombre de sujets en rhumatologie aux répercussions importantes.

Bien entendu, la réunion de la CAR ne serait pas complète sans la tenue d’une fête (nous étions dans les Caraïbes, après tout). Le deuxième soir, la Dre Amanda King, présidente de la CAR, a ouvert les portes de sa maison où s’est tenue une fête au bord de la piscine. Le DJ (qui se consacre de jour à l’obstétrique et à la gynécologie) nous a rempli les oreilles de la magie contagieuse d’une musique appelée « soca » et a enseigné la foule à danser la bachata. La conférence a été couronnée par une visite des majestueuses montagnes Pitons et d’une plage voisine sur un bateau de réception (pourquoi pas).

Malgré la fête, personne n’a perdu de vue l’objectif initial, soit l’amélioration des soins en rhumatologie dans les Caraïbes. En plus des défis géographiques liés à la prestation des soins à des patients dispersés sur des îles séparées par d’immenses plans d’eau océaniques et du fait il n’y a pas de rhumatologues présents dans de nombreuses îles, il existe plusieurs autres obstacles à surmonter. Les modalités expérimentales, telles que la densité minérale osseuse (DMO), la tomodensitométrie et l’imagerie par résonance magnétique ne sont pas offertes sur de nombreuses îles. Certaines analyses sérologiques doivent être effectuées à l’étranger. Vous n’en faites donc la demande que si vous en avez vraiment besoin, ce qui correspond tout à fait à l’esprit de la campagne Choisir avec soin. Le prix des agents biologiques rend le coût de ces traitements simplement inaccessible pour la grande majorité des patients. Même les ARMM classiques constituent pour de nombreux patients une barrière sur le plan des coûts. C’est par leur passion que les rhumatologues de la CAR (assistée par leurs homologues nord-américains d’ascendance caraïbéenne) compensent le manque de ressources. Grâce à ce groupe, l’avenir de la rhumatologie dans les Caraïbes brillera aussi fort que ses rayons de soleil.

Donc, si cela ne vous dérange pas trop de planifier des vacances autour d’événements de formation, vous devriez envisager de participer à la conférence annuelle de la CAR. Cela donne aussi l’occasion de contribuer à l’avancement des soins en rhumatologie dans une région qui en a vraiment besoin. Tout cela n’a rien à voir avec la bonne bouffe, la fête, le soleil radieux et les superbes plages!

Raj Carmona, MBBS, FRCPC
Professeur agrégé de médecine,
Division de rhumatologie
Directeur, Medical Foundations (5e année), Programme MD
Université McMaster
Hamilton (Ontario)

Carter Thorne, M.D., FRCPC, FACP
Directeur médical, The Arthritis Program
Chef de la Division de rhumatologie,
Southlake Regional Health Centre
Newmarket (Ontario)

Skyscraper

The access code to enter this site can be found on page 4 of the most recent issue of The Journal of the Canadian Rheumatology Association (CRAJ) or at the top of the most recent CRAJ email blast you received. You can also obtain the access code by sending an email to CRAJwebmaster@sta.ca.

Remember Me